L’artiste du mois

Boris DOUSSY

« Je n’ai jamais rien vu qui ne soit pas en rêve. Je n’ai suivi que mes premières impulsions »

Cette phrase d’un ami écrivain C.Segas, à propos de mes œuvres, traduit très bien la dynamique de mon travail et de ce que je recherche.

Originaire des Landes, j’ai fait l’école des Beaux Arts de Bordeaux ou j’ai pu m’initier à la peinture, au son puis à la vidéo

J’ai passé beaucoup de temps justement à me perfectionner à la réalisation et au montage vidéo pour pouvoir en faire mon métier par la suite mais aussi à la musique. J’ai été à l’initiative de la création de groupes de métal toujours inventifs et souvent avant-gardiste à Bordeaux (Psalm, Bristol Meyers Squibb, Solaris…). Encore aujourd’hui, je chante dans divers groupes de Death Métal (Skyshift, Anima Mors).

C’est en 2005 lorsque je suis arrivé sur Paris que je me suis remis a dessiner des petits formats érotiques, surréalistes aux stylos et aux feutres. M’inspirant de ma propre vie, des rencontres déterminantes, des êtres singuliers qui ont croisé mon chemin auquel je voulais rendre hommage et qui ont fait partie de moi (« Naissance de la musique », « Rêve aquatique », « Queen of the ancient lake », « Le nettoyage des buses »), la thématique dominante devenait évidemment la métamorphose, l’amour, le rêve avec tout son aspect symbolique, psychanalytique, érotique… chamanique.

Ma démarche artistique prenait alors toute sa dimension au cours de révolutions intérieures.

J’ai donc continué à dessiner par la suite sur des plus grands formats jusqu’en 2011, utilisant beaucoup de couleurs, de motifs qui pouvait de répétaient à l’infini. Toujours au stylos, au feutres jusqu’à ce qu’un nouvel événement en 2011 change ma façon d’aborder mon travail. J’ai alors cherché une nouvelle manière d’exprimer cette nouvelle transformation.

« L’albatros » fut le premier a apparaître. Inspiré du poème de Baudelaire, j’utilisais des sacs plastiques, différents papiers que je découpais pour ensuite composer. Les œuvres suivantes (« chevaliers de l’apocalypse », « Serpent qui danse »…), tout en étant très sombres, inspiraient aussi une certaine douceur. Apparaissait alors des voiles, des éléments végétaux, des corps… L’étape suivante était de scanner ces formes pour ensuite travailler les contrastes et retravailler la composition. Le travail terminé, j’agrandissais l’oeuvre sur dibon blanc ou aluminium.

Grand admirateur de William Blake, Gustav Klimt ou encore Aubrey Beardsley, les pré-raphaélites (John William Waterhouse, Frederick Leighton etc…), et de l’art asiatique, mes travaux ont toujours fait référence aux processus inconscients qui ont une grande importance dans nos vies : les archétypes. La rencontre de ces archétypes est toujours un bouleversement  mais aussi une étape fondamentale dans sa propre évolution.


Vous pouvez consulter ma page personnelle et mon site internet.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s